Accueil | Plan d'accès | Contact | Liens utiles

Archives Journées de réflexion | Archives Tables du social

Archives Journées de réflexion

Les problèmes sociaux ne font que croître dit-on. Ce n’est sans doute pas exact mais l’intérêt que l’homme leur porte aujourd’hui est sans doute plus important qu’hier et les effets cumulatifs de ces problèmes sont mieux circonscrits, ce qui nous met en face de la réelle complexité du système social, de ses interactions et donc de la difficulté à ce que le vaste réseau d’institutions provinciales à caractère social peut rencontrer pour répondre à tous les besoins exprimés ou latents.

Parallèlement aux activités de formation, le CEDORES propose aux travailleurs et futurs travailleurs sociaux de participer à des journées d’étude et de réflexion. Le rôle du CEDORES est d’autant plus important en cette matière que le vaste choix des sujets susceptibles de répondre aux attentes des travailleurs sociaux doit faire l’objet d’une concertation permanente avec les responsables des institutions provinciales. Cette collaboration doit prendre une dimension nouvelle même si au regard des diverses journées, le CEDORES se montre particulièrement satisfait du succès obtenu par la présentation de thèmes aussi variés que ceux présentés ci-dessous:

Année 2003

Année 2002

Avant 2002

Journées d'étude sur " la problématique de l'adolescence "

Octobre 2003

le programme sera élaboré par le comité scientifique d'accompagnement

Ébauche du projet :
La participation du CEDORES à diverses réflexions sur le suicide qui touche la jeunesse nous ramène toujours à la problématique du mal-être des adolescents.
Le suicide ou l'idéation suicidaire doit être envisagé comme l'aboutissement de l'interaction de divers facteurs qui peut varier d'une personne à l'autre.
Aussi, le CEDORES se donnera pour objectif de mieux cerner la problématique de l'adolescence dans notre Province :

  • analyse des données statistiques (indicateurs sociaux);
  • l'adolescent face à lui-même;
  • l'adolescent et ses pairs;
  • l'adolescent et la société.

Synopsis :

  • Organisation d'une table du social (23 octobre 2002 - Mons) avec la participation de Michel FIZE (sociologue au CNRS - Paris) ;
  • Mise en place d'un comité scientifique (sociologues, psychologues, assistants sociaux, enseignants, juristes, éducateurs, médecins…) et détermination des différents thèmes à aborder lors des journées de réflexion ;
  • Organisation en mars, avril ou mai 2003 d'un colloque de trois jours sur les diverses thématiques retenues par le comité scientifique.

Les groupes d'entraide

Collaboration à la préparation et l'organisation d'une journée d'étude du Comité Interprovincial d'Action Sociale (CIAS)
Namur (Wépion) - NOVOTEL - le 9 décembre 2002 - de 9h00 à 17h00


P.A.F. : 20.00 euros

Le concept vient des pays anglo-saxons et du Canada. Un groupe d'entraide est un groupe de personnes vivant les mêmes difficultés (deuil, maladie, chômage, divorce…). Ils désirent en parler et croient en l'aide que les autres peuvent leur apporter pour traverser cette épreuve. La confiance mutuelle permet ainsi aux personnes de se " reconstruire ".

Grands axes :

  • le partage d'un vécu commun ;
  • la résonance : les membres d'un groupe d'entraide se définissent comme étant des personnes qui partagent un vécu de souffrance et éprouvent des émotions semblables à l'égard de celui-ci ;
  • la réciprocité : " on s'aide en aidant " constitue la notion clé de l'entraide ;
  • l'égalité : capacité des membres de s'accepter et de se percevoir en tant qu'êtres égaux ce qui implique que dans le regroupement, l'autorité doit émaner des normes de reconnaissance établies par le groupe ;
  • la liberté : les membres agissent au sein de leur groupe sans y être obligés, leur implication est libre et volontaire ;
  • la gratuité : les membres d'un groupe d'entraide n'ont pas à être payés pour aider ni devoir payer pour être aidé.

En Région wallonne, il existe plus de deux cents groupes d'entraide répertoriés. A quoi servent-ils ? Quelles sont leurs principales préoccupations et/ou revendications ?

Le cyber-psy est arrivé !

Mardi 23 avril 2002 - de 9h00 à 13h00
Salle académique Warocqué - Université de Mons Hainaut
Place Warocqué

Avec la participation de Monsieur Gabriel THOVERON, Docteur en Journalisme

" les nouvelles technologies de l'information, une révolution culturelle et sociale ? "

et Monsieur Luc MUBIKANGIEY, Psychologue et Professeur à L'université Libre de Bruxelles

" le cyber-psy est arrivé ! "

Date limite d'inscription : 16 avril 2002
PAF : 6.00 €


Le Cyber-psy est arrivé

Lu sur internet : la psychologie au quotidien sur France Info

" J'ai rendez-vous avec mon cyber-psy "

Des centaines de courriers électroniques par jour, des dizaines de consultations en ligne chaque mois, …

Les psy ont eux aussi envahi le web.

Pourquoi en serait-il autrement ?

Mais du test de personnalité à la véritable consultation en ligne sur un chat privé, en passant par les bons conseils classés par dossiers ou les offres de stage de développement personnel, difficile de savoir à quel point ou quelle oreille se vouer, en toute sécurité. Car la psychologie à distance est un domaine qui a toujours activé les charlatans et les sectes.

Pourtant exercé dans le respect de la déontologie, l'art de la consultation en ligne peut permettre à certains publics d'approcher la " psychologie ".

Une question passionnante qui a ses adeptes et ses détracteurs.

Un débat qui ne manquera pas de nous interpeller !

La mort sociale (maladies sexuellement transmissibles)

Vendredi 17 mars : de 9h00 à 13 h00
Auditorium Abel Dubois - Rtbf Mons
Esplanade Anne-Charlotte de Lorraine (rue du Gouvernement)

Première partie :

  • projection d'un film produit et réalisé par la RTBF - Liège
  • témoignage de Donald MARSDEN

Deuxième partie :

  • avec la participation de Jean-Claude LEGRAND, médecin au service des maladies infectieuses (CHU - Charleroi)
  • et Jean-Marie MAES, médecin psychiatre à l'Hôpital Van Gogh

Date limite d'inscription : 10 mai 2002
PAF : 10.00 €

Parler de mort sociale, c'est d'abord parler d'exclusion.

L'infection due au VIH (Virus de l'Immunodéficience Humaine) a pu ainsi entraîner de nombreuses personnes dans la précarité sociale, non seulement par la perte de leur emploi, mais aussi - ce qui est plus grave- par la rupture que la maladie peut provoquer dans les relations avec les amis, la famille, …

Cependant, l'espérance d'une rémission chronique de la maladie, en raison des résultats obtenus avec les trithérapies et d'autres traitements à venir, nous incite plus que jamais à combattre l'exclusion sociale dont sont victimes les patients atteints de maladies sexuellement transmissibles.

Ce débat contre l'exclusion sociale pourrait sans aucun doute être élargi aux personnes présentant un handicap mais aussi à toutes celles qui, à un moment
donné de leur existence, ont décroché de la normalité, cette sacro-sainte normalité qui refuse de manière intolérable le droit à la différence.

Aussi, nous ne pouvons plus accepter que des personnes plongées dans la précarité, en raison d'une maladie grave quelle qu'elle soit, puissent rencontrer
aujourd'hui de plus en plus de difficultés quand elles sollicitent l'aide légitime qu'elles sont en droit de recevoir.

A cet égard, le rôle des travailleurs sociaux et du paramédical est fondamental et doit être porteur des forces du changement.

" L'utilisation des médicaments psychotropes en pédopsychiatre : pour quelles pathologies ? "

Journée d'études
Auditorium Abel DUBOIS - Rtbf Mons
Jeudi 22 novembre 2001 : de 9h00 à 17h00

PROGRAMME

9h00 :   Introduction par Monsieur Bertin ALLUIN, Député permanent, Président du CEDORES

9h10 :   Présentation des travaux par Monsieur Serge FAELLI Psychiatre, Centre de Guidance Provincial de Binche

9h20 :   Symptomatologie, description clinique et diagnostic de l'hyperkinésie chez les enfants par Catherine WETZBURGER, pédopsychiatre (ERASME)

10h00 : Traitement des enfants hyperkinétiques en milieu hospitalier par Jorge SARENNA, pédopsychiatre (Cliniques Universitaires Saint-Luc - Woluwe)

11h10 : La problématique des enfants hyperactifs en milieu extra hospitalier par Jean-Marie GAUTHIER, pédopsychiatre (Université de Liège)

de 14h00 à 16h00 : communications ou table ronde 
avec la participation de représentants du monde pharmaceutique, psychologues, philosophes, intervenants sociaux, chroniqueur médical...

16h00 : question time

16h45 : synthèse et clôture de la journée

de plus amples informations vous seront communiquées dès le mois d'octobre sur http://www.cedores.be ou sur demande au CEDORES

Psychotropes et pédopsychiatrie

Nous devons souligner que cette journée est organisée à la demande des neuf Centres de Guidance de la Province de Hainaut.

La prescription pour les enfants et les adolescents de médicaments psychotropes se multiplie. La publicité pour ceux-ci augmente et touche directement la personne chez elle. Des magazines comme " Top Santé ", " Ma Santé ", " Victor " ... traitent de ces sujets et n'abordent qu'une partie de la problématique et que dire des effets dangereux de " testing " disponibles sur Internet.

Quelles sont donc les influences qui ont entraîné cette médicalisation ?

- l'évolution de la médecine ;
- l'évolution des modes de vie ;
- la baisse du niveau de tolérance ;
- la modification des activités des enfants...

Quelles réflexions éthiques sur l'utilisation des médicaments psychotropes ?

Que reste-t-il des approches psychothérapeutiques et multidisciplinaires impliquant l'enfant, l'école, la famille... le psychologue ?

Comment permettre aux parents de faire la part des choses ?

De multiples questions auxquelles les invités de cette importante journée tenteront de nous répondre ou tout au moins de stimuler notre réflexion.

Infos et inscriptions :

CEDORES
Rue du Débarcadère 179
6001 MARCINELLE

Tél : 071/44.72.75
        071/44.72.73 
Fax : 071/47.27.44
info@cedores.be

P.A.F. : 500 BEF à verser au compte N° 068 - 2145836 - 29

Journées scientifiques d'automne 2001
Magistrat, thérapeute, acteurs de la prise en charge globale des délinquants sexuels: quelles attitudes demain?

Charleroi : 15, 16 et 17 novembre 2001
CEME (ancien Centre Fourcault)
Rue des Français 147 - 6020 DAMPREMY ( CHARLEROI)

ARGUMENT

En Belgique, c'est en 1996 qu'un véritable séisme bousculait notre société...

Il s'agissait de " l'affaire Dutroux ", monstrueuse s'il en est, qui jetait un éclairage sur ce problème de société qu'est l'abus sexuel. Plus aucun citoyen ne pouvait ignorer ou méconnaître que parfois l'enfant est victime dans nos sociétés. L'homme politique était amené à inscrire ce problème au nombre de ses préoccupations.

L'Equipe EPCP (Evaluation et Prise en Charge des Paraphilies) - CHU de Charleroi et Centre de Santé Mentale du CPAS de Charleroi - toute neuve au moment de ces événements, a poursuivi son action et sa réflexion.

Il est une caractéristique essentielle dans notre activité, c'est l'articulation de deux grandes instances de notre corps social que sont la Justice et la Santé. Dans notre champ d'action et de recherche, la Justice et la Santé ne peuvent échapper à la concertation, voire à une action commune.

Maintenant, il nous semble opportun, avec notre expérience, de faire appel au partage et aux échanges d'idées pour savoir " ce que le magistrat a à dire au thérapeute ", de par le monde, mais aussi " ce que le thérapeute a à dire au magistrat ", à propos de tout ce qui entoure les thérapies sous la contrainte.

Au cours de nos trois journées scientifiques d'automne, nous aborderons le premier jour, l'expérience belge et régionale. La deuxième journée fera la part belle aux interventions étrangères. La troisième journée sera, elle aussi, internationale, avec des ateliers centrés sur des questions pré-définies. Cette troisième journée se terminera par des conclusions et des perspectives d'avenir...

Institutions organisatrices :

  • Equipe EPCP, Centre de Santé Mentale du CPAS de Charleroi ;
  • Centre de Santé Mentale de Charleroi ;
  • I.E.I.A.S. (Institut Européen Interuniversitaire de l'Action Sociale ;
  • CEDORES (Centre de Documentation et de Recherche Sociales) ;
  • Tribunal de Première Instance, Parquet, Maison de Justice et Barreau de Charleroi ;
  • Province de Hainaut

Programme préliminaire

Jeudi 15 novembre - 1ère journée

Matin : Etat de la question - la situation actuelle en Belgique

Après-midi : Une expérience locale de collaboration magistrat - thérapeute.
Débat - forum avec les orateurs de la journée

Vendredi 16 novembre - 2ème journée

Journée consacrée aux communications libres " dialogue thérapeute - magistrat "

Samedi 17 novembre - 3ème journée
Conclusions et perspectives

Renseignements pratiques

Modalités d'inscriptions :

Inscription avant le 15 octobre 2001 : 7.500 BEF - 186 €
Inscription après le 15 octobre 2001 : 9.000 BEF - 223 €
Inscription sur place : 9.000 BEF - 223 €

Le prix de l'inscription comprend :

  • la participation au colloque ;
  • les repas de midi des trois journées ;
  • le programme des Journées Scientifiques

Inscription à une seule journée : 3.500 BEF - 87 €
(repas de midi et programme compris)

Toute information complémentaire ainsi que le programme détaillé peut être obtenu auprès de

IEIAS - Secrétariat des Journées Scientifiques d'Automne 2001
Mademoiselle Christelle DUFOUR
Rue du Débarcadère 179 - 6001 Marcinelle
Tél : 071/44.72.66 (67)
Fax : 071/47.11.04
dufourchristelle@hotmail.com

" Et puis, c'est la fin d'une vie... "

Acharnement thérapeutique, euthanasie et soins palliatifs
Lieu : Auditorium Abel DUBOIS (RTBF MONS)
Dates : les 15 & 16 mai 2001 (de 9h00 à 17h00)
Tél : 071/44.72.75
Fax : 071/47.27.44
e-mail : info@cedores.be
PAF : 900 FB (pour les deux jours) - 500 FB (pour une journée)

Loin des feux des projecteurs, le Cedores vous invite à analyser la problématique des lois relative à l'euthanasie et aux soins palliatifs.
La visée du Cedores n'est pas de relancer la polémique, mais de clarifier les enjeux de la loi pour permettre au public de mieux cerner la problématique de la fin de la vie et du droit des patients à bénéficier de soins appropriés.
C'est une réflexion susceptible d'intéresser tout le monde ; chacun d'entre nous ayant pu rencontrer la souffrance chez lui-même ou chez un proche et être amené à prendre d'importantes décisions.

La journée du 15 mai sera consacrée à la problématique de l'euthanasie :

Mardi 15 mai 2001

8h30 : Accueil des participants
9h10 : Allocution de Monsieur Bertin ALLUIN, Député permanent, Président du CEDORES
9h20 : Présentation des travaux par Anne-Michèle CREMER, journaliste à la RTBF
9h30 : " Mourir " par Claude JAVEAU, professeur de Sociologie à l'Université Libre de Bruxelles
10h05 : " Le droit de mourir dans la dignité " par Jacqueline HERREMANS, Présidente de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité

10h40 : Pause

11h10 : " Lois sur l'euthanasie et les soins palliatifs " par Philippe MAHOUX, sénateur
11h45 : Débat animé par Anne-Michèle CREMER

12H30 : Déjeuner libre

14h00 : " Le médecin face à la problématique de l'euthanasie " par Dominique LOSSIGNOL, oncologue à l'Institut BORDET
14H40 : " Aspects juridiques de la loi sur l'euthanasie " par Roger DALCQ, avocat au barreau de Bruxelles

15h20 : Pause

15h50 : " Euthanasie et opinion publique " par Frédéric SOUMOIS, journaliste au quotidien " Le Soir " (sous réserve d'acceptation)
16h20 : Débat et synthèse des travaux par Anne-Michèle CREMER

La journée du 16 mai sera consacrée aux soins palliatifs

Mercredi 16 mai 2001

8h30 : Accueil des participants
9h10 : Présentation des travaux par Alain DUVIVIER, oncologue au CHU de Charleroi
9h20 : " Le médecin face à la problématique de fin de vie " par Antonino SPOTO, anesthésiste à l'IMTR - Loverval
10h00 : " Intégration des soins palliatifs dans la médecine de tous les jours " par Jacqueline PESLEUX, Directrice du nursing de l'Hôpital Brugmann

10h40 : Pause

11h10 : " Projet thérapeutique et organisation de fin de vie du patient " par Mylène BAUM, professeur de Philosophie à la Faculté de médecine de l'UCL
11h50 : Débat animé par le Docteur Alain DUVIVIER

12H30 : Déjeuner libre

14h00 : " Les soins palliatifs à domicile et en Maisons de Repos " par Carine DONGENAERS, infirmière responsable " Arémis - Charleroi "
14h35 : " Les soins palliatifs aux enfants en fin de vie " par Marion FAINGNAERT, infirmière, élue femme de l'année en 1994
15h10 : " L'encadrement des familles " par Marie-Paule MANDY, Docteur en Psychologie
15h45 : " Le bénévolat, palliatif aux soins palliatifs " par Madame Sandrine MARIQUE, psychologue et Monsieur Philippe GRONSFELD du C.R.I.S. asbl
16h20 : Débat et synthèse des travaux par le Docteur DUVIVIER

17H00 : Verre de l'amitié

De plus amples informations seront communiquées sur demande au CEDORES (071/44.72.75 - 071/44.72.53)

" Epuisement et lassitude au travail "

Influence de l'environnement sur la santé mentale
Journée d'études du 12 juin 2001, Maison de la Culture de Tournai

Mardi 12 juin 2001 : de 9h00 à 17h00   

Les personnes déprimées au travail s'interrogent sur le sens de la vie en général ; elles s'interrogent sur le sens de leur existence. Les personnes épuisées, quant à elles, se sentent incapables de poser les gestes qui donnaient jusque-là un sens à leur existence, ce qui finalement les déprime.

Pour éviter de s'épuiser, il ne s'agit pas simplement de cesser d'être en action ou de fuir les situations énergivores mais reconnaître, repérer quels sont les lieux de perte d'énergie et les sources d'approvisionnement de celle-ci.

De plus amples informations vous seront communiquées à votre demande au CEDORES (071/44.72.75 - 071/44.72.53)

Les journées consacrées à la santé mentale en 1997: 

Les maladies psychosomatiques : des symptômes qui nous révèlent nos difficultés relationnelles " (Charleroi) 

" De la solitude… à la solidarité " (Mons) 

" Dépression, suicide, tristesse, … comment réagir ? " (Tournai)

" Etre parents : du nourrisson à l’adolescent " (Tournai – 1998)

Y a-t-il de mauvais parents ? Comment écouter leur désarroi ? Quelles actions préventives, quelles réassurances ou partage d’expériences favoriser ?

" Le travail en réseau en matière d’aide à la jeunesse " (Charleroi – 1998)

Les agents de première ligne doivent se connaître, se reconnaître afin de mieux intervenir. Efficacité, efficience passent par la connaissance, la reconnaissance, la " spécificité " et ses limites…

" Mieux connaître la famille aujourd’hui " (Mons – 1998)

Les familles recomposées, les familles monoparentales, les familles nucléaires… quelles réalités couvrent-elles ? L’approche sociologique est un élément complémentaire à tout travail " thérapeutique "

" Droits de l'homme, droits de l'économie " (Charleroi – 1998)

Comment fonctionne le monde économique, le travail social est-il là pour combler les manques ? A long terme, des passerelles peuvent-elles être posées ?

" Travailleur – client : axes d’une dynamique interactive " (Mons – le 16 novembre 1999)

Que faire du secret, de son utilisation ? Quels sont nos critères de choix par rapport aux secrets de nos patients ? Le travailleur social est-il tenu au secret professionnel ? Quel est le poids du secret dans une équipe pluridisciplinaire ?

Comment analyser la demande de soins en santé mentale et comment cette demande est-elle perçue par le travailleur social, le psychiatre… ou tout autre intervenant social ?

En pratique infanto-juvénile, comment requalifier la demande ? Comment les symptômes, souffrances, allégations, mandats intergénérationnels sont-ils perçus par le psychiatre confronté par exemple à l’enfant conduit aux urgences à l’hôpital… le temps d’un week-end…

Enjeux sociaux et qualité de vie : " le burn-out ou le coup de blues du travailleur social " (Charleroi – le 4 avril 2000)

La prudence avec laquelle les entreprises abordent le stress tient sans doute à la difficulté de le cerner surtout lorsque ses dégâts sont isolés et leurs causes visibles

Les travailleurs sociaux sont amenés chaque jour à côtoyer le stress des autres afin de les aider à mieux le gérer dans le cadre d’équipes pluridisciplinaires

Comment soigner et réinsérer dans la vie sociale les personnes victimes des conséquences du stress, de la dépression

" Savoir vivre ensemble : violence et société " (Tournai – 9 mai 2000)

L’apparition de la violence dans l’espèce humaine a mis en jeu des rituels et des représentations qui se sont organisés tout au long de l’histoire. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Femmes battues, incestes, quelles réponses donnons-nous face à ces violences ?

Par rapport aux autres ou par rapport à soi, comment s’explique la violence des êtres humains ?

" L’intervenant social : médiateur ou gestionnaire de conflit ? "  (Mons – 24 octobre 2000)

La vie sociale est parsemée d’embûches, de désaccords, d’incompréhensions volontaires ou non, de communications déficitaires ou plus simplement de conflits. Conflits de compétences, conflits d’intérêts, conflits sociaux, toutes formes de conflits auxquels sont confrontés les individus dans leur vie professionnelle, sociale ou affective.

Une meilleure connaissance de l’origine du conflit où se cachent des raisons secrètes, inconscientes, devrait permettre aux individus de mieux comprendre le processus d’enclenchement des conflits et donc de mieux les gérer

Ces journées d’étude sont dirigées par d’éminentes personnalités du monde universitaire, scientifique et médical et des praticiens de l’action sociale, ce qui montre combien l’organisation de telles journées par la Province de Hainaut suscite un intérêt de la part des chercheurs et praticiens de l’action sociale qui trouvent à ces occasions un public averti et concerné par l’objet de leurs recherches et pratiques professionnelles.

Contactez-nous !

Questions, commentaires? Contactez-nous à l'adresse willy.bastin@cedores.be